Options pour l'infrastructure fibre optique

 image FTTX

Chaque opérateur de réseau qui possède son propre réseau a le choix parmi plusieurs options en termes de topologie pour déployer la fibre optique. Ce choix dépend notamment du public qu’il souhaite atteindre (habitation ou parcs industriels), de la densité de population et de sa volonté déployer un réseau entièrement ou partiellement constitué de fibre optique.

Plus d’infos :

Que sont le FTTH et le FTTx ?

La fibre optique est utilisée pour différents types de connexions, voir la page sur les possibilités de la fibre optique. Actuellement, le FTTH est en train d’être déployé en Belgique. Un réseau FTTH (« Fiber To The Home ») connecte chaque habitation en fibre optique au réseau de télécommunications de son fournisseur. Dans le cadre du FTTH, cette fibre optique va jusque dans l’habitation, mais il existe d’autres réseaux FTTx, comme par exemple :

  • FTTB : Fiber to the Building : dans ce cas-ci, la fibre optique va jusqu’à l’immeuble (à appartements), la distribution dans le bâtiment ayant alors lieu à l’aide d’un autre type de câble (en cuivre).
  • FTTO : Fiber to the Office : fibre optique jusque dans les bureaux, typiquement à des fins professionnelles.
  • FTTC : Fiber to the Cabinet : fibre optique jusqu’à la cabine de rue, les maisons étant ensuite connectées à cette cabine à l’aide d’un autre type de câble (en cuivre).
  • FTTA : Fiber to the Antenna : fibre optique jusqu’à l’antenne, le signal étant ensuite transmis sans fil.

Le FTTH et le FTTO sont ainsi des réseaux entièrement constitués de fibre optique (fibre optique jusqu’au point de connexion du client final), tandis que le FTTC et le FTTA sont des réseaux partiellement constitués de fibre optique.

Réseaux entièrement constitués de fibre optique : architecture point à point et point à multipoint

Un opérateur qui souhaite déployer un réseau entièrement constitué de fibre optique a le choix entre deux grandes catégories en termes de topologie de réseau : point à point ou point à multipoint.

schème point à point

Dans le cadre d’un réseau de fibre optique point à point, chaque utilisateur final a sa propre connexion en fibre optique jusqu’à un emplacement central ou « Point of Presence » (PoP). L’utilisateur final ne partage pas cette connexion individuelle en fibre optique avec d’autres et peut donc utiliser la pleine capacité de sa fibre.

Les avantages de ce type de réseau sont les suivants :

  • L’utilisateur final ne doit pas partager la capacité avec d’autres utilisateurs. L'utilisateur bénéficie ainsi d’une capacité supérieure, qui peut être parfaitement symétrique (débits de chargement et de téléchargement identiques).
  • Le réseau est plus flexible vis-à-vis des technologies qui seront développées à l’avenir (davantage à l’épreuve du temps).
  • La fibre optique peut être facilement « dégroupée » : un autre opérateur peut également l’utiliser en déconnectant simplement cette fibre optique et en la connectant à son propre réseau, ce qui favorise la concurrence (voir la page sur l'accès actif ou passif).
  • Une détection d’erreurs plus facile.
  • Plus de possibilités en termes de qualité de service (« Quality of Service » ou « QoS » en anglais).

schème point à multipoint

Dans le cadre d’un réseau de fibre optique point à multipoint (réseau PON, « Passive Optical Network » ou réseau optiqe passif en anglais) un ou plusieurs splitters sont localisés entre un emplacement central et les utilisateurs finals. Ces « splitters » copient le signal d’entrée vers plusieurs lignes de sortie et répartissent donc le signal d’une fibre optique entre plusieurs fibres optiques. Contrairement au réseau point à point, plusieurs utilisateurs finals sont donc connectés à une seule et même carte de ligne optique du point de distribution, et partagent la capacité de la connexion de fibre optique.

Avantages :

  • Moins de fibres optiques nécessaires.
  • Coûts de déploiement inférieurs pour l’opérateur de fibre optique.
  • Plus facile à déployer sur les façades des bâtiments, par exemple en ville.

Fibre optique installée à la demande (FTTO) ou déployée massivement (FTTH)

L’opérateur peut opérer une distinction au sein de son infrastructure de fibre optique en fonction du type de clients qu’il souhaite connecter.

Ainsi, les entreprises dans des parcs industriels sont généralement connectées à l’aide d’une connexion en fibre optique point à point directe, ce que l’on appelle un réseau de fibre optique FTTO ou « Fiber to the Office ». Cette connexion de fibre optique est uniquement installée à la demande expresse du client, la rendant ainsi plus chère qu’une connexion FTTH. Grâce à la connexion point à point, ces entreprises peuvent donc bénéficier de la pleine capacité de la fibre optique.

Les habitations (mais parfois également les entreprises) sont connectées d’une autre manière, à savoir à l’aide d’un réseau de fibre optique FTTH ou « Fiber to the Home ». Ce réseau FTTH peut adopter tant une topologie de réseau point à point que point à multipoint. Lors du déploiement d’un réseau FTTH, un opérateur de réseau choisira lui-même à quels endroits il déploiera ce réseau de fibre optique. Il établira ensuite un plan de déploiement, quartier par quartier, en concertation avec les instances compétentes.

Une fois toutes les autorisations obtenues, l’opérateur de réseau installera déjà de manière proactive la connexion en fibre optique dans les différentes rues, soit via une installation souterraine, soit sur la façade des habitations. La dernière partie, la connexion individuelle de l’utilisateur final à ce réseau de fibre optique, a généralement lieu à la demande du client final. L’opérateur de réseau peut demander une indemnisation à cet effet.

Que sont les réseaux partiellement constitués de fibre optique ?

Un réseau partiellement constitué de fibre optique est composé d’un câble de fibre optique entre un emplacement central et un point de concentration local. À partir de ce point local, la connexion avec les utilisateurs finals est établie à l’aide d'une connexion qui n’est pas en fibre optique. Cette dernière, pour les connexions fixes, est soit une paire de cuivre soit un câble coaxial.

Réseaux partiellement constitués de fibre optique et de câble coaxial de Telenet, Voo SA et Brutélé

schème réseau coaxial

Le réseau coaxial ou câblé (ou le réseau HFC : « Hybrid Fibre Coax ») de Telenet, de Voo SA et Brutélé est le réseau de télédistribution, qui a été adapté afin de permettre le trafic Internet dans les deux sens. Ces réseaux incluent également une connexion en fibre optique entre le point central et le point de concentration local (le nœud optique). Ce point de concentration est le point de départ du réseau coaxial vers les utilisateurs finals.

Le réseau coaxial passe par des « taps » successifs auxquels sont à chaque fois connectés un certain nombre de clients : le réseau d’accès coaxial est ainsi partagé avec les voisins, et la qualité de la connexion Internet peut donc en dépendre.

Contrairement au réseau de cuivre, la vitesse maximale ne dépend pas de la distance jusqu’au point de distribution. À l’instar de la fibre optique, le réseau coaxial affiche des vitesses élevées, actuellement jusqu’à 1 Gbps. Bien que la fibre optique soit une technologie plus récente (avec les possibilités décrites à la page « possibilités de la fibre optique »), la technologie coaxiale continue également d’évoluer. Un réseau câblé satisfait encore actuellement à la plupart des besoins en matière de large bande.

Réseau partiellement constitué de fibre optique et de cuivre de Proximus

schème réseau cuivre

En Belgique, Proximus exploite le seul réseau de fibre optique-cuivre partiel. Un câble de fibre optique part depuis le bâtiment central de Proximus (le « LEX » ou l’ancien central téléphonique) et le connecte aux cabines de rue locales (« KVD »). Une paire de cuivre part alors de ces cabines de rue vers chaque utilisateur final et n’est pas partagée avec d’autres clients.

Ce réseau fibre optique-cuivre est une évolution de l’ancien réseau de cuivre prévu pour la téléphonie, dans le cadre duquel la connexion depuis le LEX était encore entièrement en cuivre. En remplaçant partiellement cette connexion par de la fibre optique, la longueur totale du câble de cuivre diminue et l’on peut atteindre des vitesses plus élevées. Sur ce réseau constitué de fibre optique et de cuivre, Proximus fournit un service VDSL2 avec des vitesses de téléchargement allant jusqu’à 100 Mbps. Les vitesses maximales qui peuvent être atteintes dépendent de la distance entre l'habitation et le point de distribution le plus proche (généralement la cabine de rue).

La mise à niveau de ce réseau peut encore permettre des vitesses supérieures jusqu’à des centaines de Mbps, bien qu’elles seront uniquement atteintes à des endroits proches de la cabine de rue.

L’avantage de la fibre optique est qu’elle offre des vitesses bien plus élevées, à des distances beaucoup plus longues jusqu’au point de distribution. Dans les zones où Proximus a déployé la fibre optique, l’opérateur mettra, après un certain temps, un terme aux services fournis via le réseau de cuivre.

Groupes cibles :